Guy Mouminoux — Guy Sager — Dimitri : trois signatures pour un seul homme !

Guy Mouminoux — Guy Sager — Dimitri : trois signatures pour un seul homme !


L’évocation du nom de Dimitri fait encore sourire bien des lecteurs du Charlie hebdo de la grande époque. Celui de Mouminoux évoque de nombreux bons souvenirs aux vieux lecteurs des illustrés d’antan. Enfin, Guy Sajer, le moins productif — mais le plus lu —, est l’auteur d’un best-seller qui a fait couler beaucoup d’encre. Trois signatures pour un seul homme qui vient de nous quitter le 11 janvier 2022…

Guy Mouminoux.

Né le 13 janvier 1927, à Paris, Guy Mouminoux est le fils d’Alsaciens.

En 1942, alors âgé de 16 ans, il s’enrôle dans la Wermacht : l’armée allemande.

Envoyé sur le front de l’Est, il participe à la bataille de Stalingrad.

De retour en France, après avoir purgé sa peine pendant trois ans dans la marine, il se lance dans la bande dessinée.

Dès 1947, il dessine « Monsieur Minus » dans Nous les jeunes, collabore à O.K, puis crée le personnage de Zar’O aux éditions Élan dans les modestes revues Ohé et Gong, sans oublier « Maya le Sioux » : sa première grande série.

Il collabore à L’Équipe junior, Jocko et Poustiquet, Fillette, Joyeuse Lecture où il co-anime le western « Mexico Kid »…

« Maya le Sioux ».

À partir de 1959, il dessine quelques « Belles Histoires de l’oncle Paul » pour Spirou, tout en démarrant une longue collaboration avec les journaux des éditions Fleurus.

« Mexico Kid ».

Dans Cœurs vaillants il reprend la série moyenâgeuse « Blason d’argent » qu’il poursuit dans Fripounet, dans Âmes vaillantes il réalise de nombreux récits complets…

« Blason d’argent ».

En 1957, après le décès de Jacques Souriau, il reprend « Robin des bois » dans Hurrah !.

En 1963, il rencontre Joseph Gillain (Jijé), dont il devient l’assistant sur la série « Jean Valhardi » pour l’hebdomadaire Spirou.

Une solide amitié voit le jour, laquelle se poursuivra jusqu’au décès du dessinateur belge.

À la même époque, il réalise de nombreux récits de guerre destinés aux journaux anglais de la Fleetway, traduits en France dans les formats de poche des éditions Impéria : Ranger, Battler Briton

En 1964, il travaille pour l’éphémère Chouchou (voir Chouchou : un hebdo XXL !) et entre l’année suivante dans les pages de Pilote où, après « Les Disparus de Pol Croac », il crée « Goutatou et Dorachaux » : il abandonne pour l’occasion le réalisme, pour un trait humoristique qui laisse entrevoir le futur Dimitri.

« Goutatou et Dorachaux ».

La publication, en 1967, du « Soldat oublié » aux éditions Robert Laffont (signé Guy Sajer le nom de jeune fille de sa mère), lui cause des problèmes.

Bien que s’étant vendu à plus de trois millions d’exemplaires et lauréat du prix des Deux Magots, cet éloge de l’armée allemande lui ferme les portes des éditions de Fleurus, mais aussi de Pilote. 

Il rebondit dans les pages de l’hebdomadaire Lorraine magazine, puis dans celles des hebdomadaires pour la jeunesse où il signe désormais Dimitri.

En 1973, il adapte « Les  Charlots » dans une série d’albums édités par le Fleuve noir, revient dans Spirou avec « Les Familleureux », crée « Rififi » dans Tintin, imagine « Prémolaire » pour Formule 1 (le successeur de Cœurs vaillants)…

« Prémolaire ».

Il travaille aussi pour Charlie mensuel où il propose des récits indépendants : « Deo Gratias », « Le Meneur de chien », « Pognon’s story », « Les Consommateurs », « La Grand’messe » et « L’Abattoir », dont les albums sont édités par Dargaud.

En 1975, il dessine « Krampon » : modestes strips proposés dans Hop !.

Deux ans plus tard, ce léopard devient le héros du « Goulag » dans les pages de Charlie hebdo.

Le succès est au rendez-vous pour le dessinateur qui devient l’ami du professeur Choron (un ancien parachutiste), mais aussi de Reiser.

Toujours pour Choron, il collabore au magazine Grodada, puis à La Mouise.

Planche originale du « Goulag ».

Après avoir réalisé « Kaleunt » en 1987, puis « Rapoutitsa », chez Albin Michel et enfin « Koursk » dans la brève version hebdomadaire de Hara-Kiri, il signe d’autres ouvrages indépendants chez Glénat, à partir de 1994 : « Haute Mer », « L’Hymne à la forêt », « Sous le pavillon du tsar », « Kamikazes », « Meurtrier », « D-LZ129 Hindenburg », « Kursk tourmente d’acier » et enfin « Le Convoi » en 2001, sans oublier une reprise de « Krampon ».

Planche originale de « L’Hymne à la forêt ».

Les ventes n’étant plus au rendez-vous, il revient chez Albin Michel avec « Voyage » en 2003, suivi par « La Malvoisine » aux éditions Joker en 2007. Son dernier scénario (« Les Oubliés de l’Empire ») est dessiné en 2008 par Philippe Eudeline chez Joker.

Malgré un trait toujours efficace, ce génial touche-à-tout comprend qu’il est temps de poser ses crayons. Malade depuis plusieurs années, il est donc décédé le 11 janvier à quelques jours de ses 95 ans.

« La BD… un merveilleux métier de chien ».

Taciturne, désabusé, admirateur de Céline et ayant depuis longtemps une piètre opinion de l’être humain, Guy Mouminoux se disait anar et aimait la campagne briarde où il vivait depuis plus d’un demi-siècle. Il aimait évoquer avec nostalgie ses nombreuses rencontres avec ses amis Jijé et Reiser : un trio improbable que seule la mort avait séparé.

Il avait évoqué, non sans humour, sa longue carrière dans « La BD… un merveilleux métier de chien » passionnant ouvrage publié en 1999 aux éditions Tambour et Trompette (filiale des éditions de Gergovie) et proposé sous forme de feuilleton dans le magazine Hop !.

Habitant non loin de son village, j’avais rencontré Mouminoux chez lui en 1967.

J’ai eu la chance de le faire travailler à la fin de sa longue carrière, et je conserve un merveilleux souvenir de ses visites à la rédaction avec sa charmante épouse.

Il évoquait, au cours de longues conversations, sa carrière de dessinateur, ses rencontres, mais aussi ses années de guerre qui, jusqu’à la fin, ont marqué au fer rouge sa vie.

Dimitri dans Chouchou.

Sincères condoléances aux siens de la part de la rédaction de BDzoom.com.

Henri FILIPPINI

Relecture, corrections, rajouts, compléments d’information, mise en pages et en images : Gilles RATIER

Une autre planche originale du « Goulag ».

Source


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.